Beachcomber_7_2020

NO 7 M A G A Z I N E

WORDS BEACHCOMBER 4 THE ART OF BEAUTIFUL ailleurs, flavour, colour, langueur, douceur, grandeur, flower, leker, œuvre, caress, lamer, tenderness, liesse, arkansiel, éveil, rituel, merveille, délicatesse, secret, souffle, amour, source, lesiel, desire, island, infinity, soupir, sourire, vivre, dekouvert, origine, harmonie, énergie, récit, grâce, kamarad, hasard, charm, femme, escale, echo, poezi, pierre, presence, plénitude, pleasure, promesse, partage, parole, lazwa, joie, jeu, jour, jouissance, impermanence, essence, experience, connaissance, raffinement, transparence, dépassement, limazinasion, mouvement, mélodie, sense, elegance, chant, artizan, art, ocean, ode, osmosis, aurora, aube, fulgurance, bonté, danse, fragrance, évidence, alizé, silence, ici, rezilians, succulence, sensuality, suavité, insularité, intensité, lamitie, lespwar, ouverture, échappée, immensité, liberté, hospitalité, générosité, volupté, beauté, sérendipité, équipée, spiritualité, légèreté, invité, lape, odyssey, fluidité, servolan, passager, retrouvailles, lagon, lien, parfum, chemin, bien-être, lumière, lalimier, être, ephemeral, air, nature, allure, constellation, emotion, création, exception, intuition, don, monde, passion, inspiration, vibration, respiration, celebration © Brian Lamoureux

EDITORIAL Virginie Luc, Chief Editor In these pages, as carefully crafted as the island’s coastlines, women feature prominently – as directors, artists and writers. Music too – of the drum and of the ocean. Dance – of the body and of the mind. The dodo – of yesterday and tomorrow. The sun – the star and the fish. Harmony – human and natural. And, as always, Beauty. Beauty of the place. And beauty of the heart. Especially the hearts of the Beachcomber Artisans which beat in unison to make each of the Beachcomber Resorts a place of excellence, a haven of peace and comfort, a backdrop for fun and shared experiences – gourmet, sporting and festive. This year, the 70th anniversary of the hotel group, a pioneer and leader in Mauritius, we dedicate this new edition of the Beachcomber Magazine to them, and to you, without whom this wonderful adventure would not exist. Happy anniversary! Dans ces pages soigneusement dessinées aux contours de l’île, il est question des femmes – directrices, artistes, écrivaines. De la musique – des tambours ravannes et du ressac. De la danse – du corps et de l’esprit. Du dodo – d’hier et de demain. De la lune – l’astre et le poisson. De l’harmonie – humaine et naturelle. Et toujours de la Beauté. Beauté des lieux. Et bonté des cœurs. En particulier celui des Artisans Beachcomber qui bat à l’unisson pour faire de chacun des resorts Beachcomber un lieu d’excellence, un havre de sérénité et de confort, un écrin de joies et de partages – gourmets, sportifs, festifs. En cette année qui célèbre les 70 ans du groupe hôtelier pionnier et leader à Maurice, cette nouvelle édition du magazine Beachcomber leur est dédiée, ainsi qu’à vous, sans qui pareille aventure n’existerait pas. Bon anniversaire !

OCTOBER 2022 - SEPTEMBER 2023 BEAUTIFUL STORY THE DODO SYMBOL OF A LOST WORLD LE DODO, SYMBOLE D’UN MONDE PERDU by Antoine de Gaudemar & Laval Ng p. 11 BEAUTIFUL MAURITIUS WEST IS BEST! À L’OUEST TOUTE ! by Bérénice Debras & Arnaud Späni p. 18 THE ART OF ENCOUNTER MARIAM SHEIK FAREED FATE IN FAR-OFF LANDS LES HASARDS DE L’AILLEURS by Antoine de Gaudemar & ClaudeWeber p. 32 ANNEGA VIBES OF CULTURAL DIVERSITY VIBESMÉTISSÉES by Michel Gilbert Deville & Karl Ahnee p. 36 MENWAR SONGS OF CHILDHOOD LE CHANT DE L’ENFANCE by Virginie Luc & Pierre Perrin p. 40 THE ART OF DISCOVERY DANCE WITH GODS DANSE AVEC LES DIEUX byVirginie Luc, Michèle Kauppaymuthoo & Nathalie Baetens p. 46 BEAUTIFUL STORY 11 17 THE ART OF ENCOUNTER 3 1 CONTENTS SOMMAIRE BEACHCOMBER MAGAZINE NO 7 6 BEAUTIFUL MAURITIUS

MAURITIAN NATURAL HISTORY MUSEUM THE ISLAND’S LIVING MEMORY LA MÉMOIRE VIVE DE L’ÎLE byVirginie Luc & Nathalie Baetens p. 60 HARMONIE GOLF & BEACH ESTATE WHERE NATURE REIGNS SUPREME SOUS LE SIGNE DE LA NATURE by Fanny Riva p. 70 THE ART OF ART NIRVEDA ALLECK A PIERCING EYE UN REGARD ACÉRÉ by Virginie Luc & Nathalie Baetens p. 78 THE ART OF TASTE STAR FRUIT SOMETHING OF A CELEBRITY LES ACROBATIES DE LA CARAMBOLE by François Simon p. 86 THE ART OF BEAUTIFUL BEACHCOMBER SPORTS & NATURE HIT THE SADDLE! EN SELLE ! by Fanny Riva & Nathalie Baetens p. 92 BEACHCOMBER ARTISANS FEMALE SOLIDARITY UNE POUR TOUTES, TOUTES POUR UNE ! by Fanny Riva & Nathalie Baetens p. 96 BEACHCOMBER RESORTS OF PLACES & MEN DES HOMMES ET DES LIEUX by Virginie Luc & Brian Lamoureux p. 98 SAVE THE DATE VOS RENDEZ-VOUS p. 116 THE ART OF DISCOVERY 60 THE ART OF ART THE ART OF BEAUTIFUL 91 78 OCTOBER 2022 - SEPTEMBER 2023 BEACHCOMBER MAGAZINE NO 7 8

#IleMaurice #BeachcomberExperience www.beachcomber.com Nos artisans nourrissent un parti pris radical : celui d’insuffler de la passion dans chacun de leurs gestes au quotidien. Nous vous souhaitons la bienvenue dans cet espace où la générosité de la nature n’a pour égale que celle des hommes qui l’habitent. The Art of Beautiful

Hertz Trans-Maurice Car Rental Limited, International Franchisee · 84 Gustave Colin Street, Forest Side, Mauritius E-mail: hertz@hertzmauritius.com www.hertz.mu Discover golden sunsets Toll Free: 800 2333 Discover Mauritius with Hertz and enjoy Sun, Sea and Safe driving! Simply dial the extension number in your Beachcomber room. Découvrez l’île Maurice avec Hertz et profitez du soleil, de la plage et d’une conduite en toute sécurité ! Composez le numéro d’extension que vous trouverez dans votre chambre Beachcomber.

LE DODO, SYMBOLE D’UN MONDE PERDU Hunted to extinction by man, the lost dodo has become a legend and the emblem of Mauritius. Chassé par l’homme jusqu’à l’extermination, le dodo disparu est devenu un mythe et l’emblème de l’île Maurice. The dodo SYMBOL OF A LOSTWORLD BY ANTOINE DE GAUDEMAR WATERCOLOURS LAVAL NG BEAUTIFUL STORY 11

Never has the dodo been so often in our minds than since it has been extinct. In Mauritius especially, the effigy of this bird is visible everywhere – on T-shirts, stamps, signs, in shops, as furry toys, in porcelain, or made of wood. As if it had become the symbol of eternal remorse. HEEDLESS AND HARE-BRAINED When, in the late sixteenth century, the Portuguese landed on the island, then devoid of all human presence, they discovered the voluminous bird, a sort of hookbilled turkey that was so heavy (up to 20 kilos!) it couldn’t fly, and sometimes couldn’t even run. On the island, the dodo had no predators, so over the years its wings gradually shrank until they were no more than useless appendages. The unsuspecting dodo laid its eggs, one at a time, right on the ground. No doubt that is why the Portuguese nicknamed it the “doudo”, the idiot. Linnaeus gave it a Latin name, no less disparaging: Didus ineptus. Unfortunately for this reckless creature, while its meat was deemed tough, it was very easy to catch. In barely one century, and if you include the diseases, dogs and rats imported by man, it was either eradicated or cooked. The last specimen was officially recorded in 1662. In the late seventeenth century, it literally vanished. Its distant cousin from Rodrigues or Réunion, the solitaire, outlived it by a few decades, before succumbing in its turn to man’s voracious appetite. At first, the extinction of the dodo nearly wiped out its memory, too. It was eventually believed to be a legend, the fruit of the fertile imagination of a few nostalgic residents. And yet, travellers, voyagers and scientists – including the French naturalist Georges Buffon – have left accurate accounts from which sketches and paintings were made. PRECIOUS FRAGMENTS Then, like a phoenix, the dodo rose out of its oblivion. In 1865, at the Mare-aux-Songes, near Plaisance, digs were conducted by a railway engineer, Harry P. Higginson (1838– 1900), during the construction of the line between Port Louis and Mahébourg. At the same time as those of a species of turtle also extinct, dodo bones were exhumed from the marshes. Other discoveries ensued, enabling scientists to reconstruct a life-size specimen of the bird – notably in the Natural History Museum in Port Louis. Further digs during the 2000s yielded other fragments of dodo skeletons, now likened to a specific species of pigeon. Today, people fall over themselves to get certain very sought-after bones in auction rooms. The worldwide posterity of this strange bird owes much to the somewhat eccentric English writer, Lewis Carroll. In 1865, he stopped short in an Oxford museum before a painting by the Dutch animal painter, Roelandt Savery, showing a dodo in a mannerist style. This representation of the dodo, the best known and most often reproduced to date, inspired the author, who was at that time writing his worldfamous novel, Alice’s Adventures in Wonderland. To dry the young BEAUTIFUL STORY 12 The dodo, immortalised in Alice’s Adventures in Wonderland. Le dodo, immortalisé dans Alice au pays des merveilles.

 girl, soaking wet after falling into the “sea of tears”, a sententious dodo suggests running an absurd race in which everyone wins. At the end, Alice distributes “prizes” in the form of comfits to all the participants, and in turn, is awarded by the dodo with her very own thimble. Lewis Carroll was not the only British writer to have brought this extinct bird back to the public eye. In English, we say “dead as a dodo”. Or “to go the way of the dodo”, i. e. die off. However, when the French tell their sleepy children to “faire dodo”, the link to this illusive bird is rather more tenuous.  On n’a sans doute jamais autant évoqué le dodo que depuis qu’il n’existe plus. À Maurice surtout, l’effigie de ce volatile est omniprésente – sur les T-shirts, timbres, enseignes, en vitrine dans sa version peluche, porcelaine, sculpture sur bois… Comme s’il était devenu le symbole d’un repentir éternel. L’INSOUCIANT DODU Quand les Portugais, à la fin du XVIe siècle, débarquent sur l’île, alors vierge de toute présence humaine, ils découvrent l’oiseau volumineux : une sorte de dindon au bec crochu, que son poids – jusqu’à 20 kilos ! – rend incapable de voler, et même parfois de courir. Sur l’île, le dodo n’a pas de prédateur, et donc ses ailes au fil de l’évolution se sont atrophiées, jusqu’à n’être que des appendices inutiles. Très peu méfiant, le dodo pond ses œufs, un à la fois, à même le sol. D’où sans doute le surnom que lui donnent les Portugais, le « doudo », l’idiot. Le nom latin, attribué par Linné, est tout aussi désobligeant : Didus ineptus. Plus noblement, on l’appelle aussi le dronte. Malheureusement pour cet insouciant, si sa chair est réputée coriace, sa chasse relève d’un jeu d’enfant. En un siècle à peine, et si l’on ajoute les maladies, les chiens et les rats importés par l’homme, il est éradiqué ou passé à la casserole. Le dernier spécimen dûment signalé date de 1662. À la fin du XVIIe siècle, il s’est littéralement volatilisé. Son lointain cousin de Rodrigues ou de La Réunion, le Solitaire, lui survivra quelques décennies, avant d’être victime à son tour de l’appétit des hommes. L’extinction du dodo en a d’abord presque effacé le souvenir. On a fini par croire à une légende, née de l’imagination fertile de quelques nostalgiques. Pourtant, des voyageurs, des navigateurs et des scientifiques, dont le naturaliste français Georges Buffon, ont laissé des témoignages précis d’après lesquels des croquis et des peintures ont été réalisés. PRÉCIEUX FRAGMENTS Puis, tel un phénix, le dodo a ressurgi de l’oubli. En 1865, à la Mareaux-Songes, près de Plaisance, des fouilles sont menées par un ingénieur du chemin de fer, Harry P. Higginson (1838-1900), au moment The bird, unable to fly, starts to dream of Michelangelo’s unfolded wings in his painting Leda and the Swan. L’oiseau, incapable de voler, se prend à rêver de l’aile déployée par MichelAnge dans son tableau Léda et le cygne.

 BEAUTIFUL STORY 14 de la construction de la ligne entre Port-Louis et Mahébourg. En même temps que ceux d’une espèce de tortue également disparue, des ossements de dodo sont exhumés des marais. D’autres découvertes suivent, permettant la reconstitution grandeur nature de l’oiseau – notamment au Muséum d’Histoire naturelle de Port-Louis. De nouvelles fouilles au cours des années 2000 ont mis à jour d’autres fragments de squelettes du dronte, désormais assimilé à une espèce particulière de pigeon. Aujourd’hui, certains ossements très recherchés s’arrachent en salles des ventes. La postérité mondiale de ce drôle d’oiseau doit beaucoup à un écrivain anglais des plus excentriques, Lewis Carroll. En 1865, celui-ci tombe en arrêt dans un musée d’Oxford devant le tableau d’un peintre animalier hollandais, Roelandt Savery, figurant un dodo dans un style maniériste. Cette représentation, la plus connue et la plus reproduite à ce jour du dodo, inspire l’écrivain alors plongé dans la rédaction de son best-seller, « Alice au pays des merveilles ». Pour réchauffer la petite fille, trempée après être tombée dans la « mer des larmes », un dodo sentencieux propose d’organiser une course absurde d’où tout le monde sort gagnant. À l’arrivée et en guise de prix, Alice distribue des dragées à tous les participants et reçoit à son tour, de la part du dodo, son propre dé à coudre. Lewis Carroll n’est pas le seul Britannique à avoir fait un sort à ce défunt gibier. Dead as a dodo, dit la langue anglaise, aussi mort qu’un dodo. Ou encore to go the way of the dodo, suivre la voie du dodo, autrement dit disparaître, s’éteindre. En revanche, rien n’atteste de façon formelle qu’en français, « aller faire dodo » ait quelque chose à voir avec l’oiseau fantôme… Thanks to the discovery of bones, the dodo, a descendant of the Asian pigeon, has been given back its shape. (see p.60) Grâce à la découverte d'ossements, le dodo, descendant du pigeon asiatique, a retrouvé sa forme. (cf p.60)

BEAUTIFUL MAURITIUS

ROAD TRIP BEAUTIFUL MAURITIUS 18

WEST BEST! À L’OUEST TOUTE ! From Albion to Le Morne, a road trip on the west coast right by the sea, with dizzying waterfalls and luxurious plant life, a Hindu temple and cat-dogs… D’Albion au Morne, un road tripsur la côte ouest entre ciel et mer, cascades vertigineuses et végétation luxuriante, temple hindou et chiens-chats… BY BÉRÉNICE DEBRAS - PHOTOGRAPHS ARNAUD SPÄNI The breathtaking Chamarel waterfall in the early hours of the morning. La vertigineuse cascade de Chamarel aux petites heures du matin. IS

MAURITIUS PORT LOUIS TAMARIN FLIC EN FLAC BAMBOUS ALBION ÎLE AUX BÉNITIERS GRANDE RIVIÈRE NOIRE CHUTES DE TAMARIN LE MORNE BRABANT ÎLOT FOURNEAU POINTE AUX SABLES LA GAULETTE LE MORNE CASCADES CHAMAREL TERRE DE COULEURS ROAD TRIP BEAUTIFUL MAURITIUS 20 Where does the west coast start? Just ask and the answers come thick and fast. In Port Louis, some say, in Tamarin or Albion say others, although all agree on the same slogan: “West is best!” A common sense of direction! The solution might be the lighthouse at Pointe aux Caves, illuminating the rugged coastline of Albion since 1910. After a climb of a hundred steps or so, a small door opens. Before us, dashing waves, small cliffs and ochre earth, which the sun-dried vegetation has nibbled away. In the distance, the ocean’s horizon, lined with a fringe of foam. And the wind whispers to us to follow. Forget your map and compass! Let’s follow the road to Bambous towards the sugar factory, driving over the red carpet of flamboyant flowers. Round the corner of a field, the Hindu temple of Maha Kaliyug Mandhir appears suddenly in a blaze of colour. Silence reigns. We take off our shoes and tiptoe forward. A dog is asleep on a table, another one lies at the feet of the goddess Kali. They’re pretending to be cats, barely opening an eye when we arrive. The goddess welcomes us with her four open arms. Greetings. We depart. To the southeast of Le Morne Brabant, opposite the village of Le Morne, the lagoon of Ilot Fourneau. Au sud-est du Morne Brabant, face au village du Morne, le lagon de l’îlot Fourneau. 

Mauritius has a number of natural swimming pools. Here, fishermen on the Albion coast try out the water. Maurice compte de nombreuses piscines naturelles. Ici, des pêcheurs sur la côte d’Albion tentent leur chance.

ROAD TRIP BEAUTIFUL MAURITIUS 22 FROM FLIC EN FLAC TO LA GAULETTE Now here’s Flic en Flac and its shaded beach. Under the filao trees, families set up their barbecues amid music and laughter, creating a distraction for the dead resting peacefully in the flowerfilled cemetery across the road. At Tamarin, everything is made for surfing, stand up paddle boarding and boules. The air has a slightly salty taste. The Yemen-Tamarin saltpans stretch over 25 hectares below the stony slopes of the Rempart crater, the remains of an explosive caldera. In the marshes, Tourelle mountain is reflected in the water, teasing the small salt pyramids, dreaming perhaps of Horses in the lagoon, near the village of Le Morne. Des chevaux dans le lagon, près du village du Morne. Right-hand page: Regulars swim every morning at Peyrebère. Page de droite : Des habituées viennent nager tous les matins à Pereybère. eternal snow. The wind invites us on to the Martello tower, an impregnable fortress built by the British in 1833. After a short break at La Gaulette, a friendly fisherman takes us in his boat to the little île aux Bénitiers, which takes its name either from its shape or from the “bénitiers”, the stoup shaped clamshell, which they say used to flourish in the clear waters around it. They are now rare. But don’t stick a finger inside them: they clam up and refuse to open again! “There have already been a few accidents like that,” says Yan, a regular at the seabed. Not far away, Mario, a cheerful sexagenarian, has come to spend the day on his island-paradise with friends and  

ROAD TRIP BEAUTIFUL MAURITIUS 24 Slightly off the tourist track, the very lively village of Pointe aux Piments. Un peu à l’écart des routes touristiques, le village très animé de Pointe-auxPiments. From Le Morne Brabant mountain, the view extends over a perfectly blue sea, with Ile aux Bénitiers in the centre. Depuis la montagne du Morne Brabant, la vue s’ouvre sur un rêve bleu et, au milieu, l’île aux Bénitiers.

Not far from the surfing spot known as One Eye, the return of the fishing boats on the lagoon. Non loin du spot de surf One Eye, le retour de pêche sur le lagon.

ROAD TRIP THE ART OF ENCOUNTER 26 his homemade drinks. “It’s fruit flavoured ‘arranged’ rum, and if you drink a bit too much of it, you’re not much arranged yourself anymore!” he laughs. We would definitely stay there, chatting and remaking the world but the wind whispers that it’s time to go. We have an early start tomorrow. TOWARDS LE MORNE AND… INFINITY! The forest slowly awakens with the dawn chorus of chirping birds. The Chamarel waterfall is still in the night shadow. The sun paints the sky an electric pink. Quick, on to Coloured Earth! These velvetysmooth dunes are a geological curiosity. They take on hues of ochre or violet as the light changes. The sun is already high in the sky when we return to the private Ebony forest, a sanctuary of the island’s endemic species. One of these is the ebony tree. We walk in heavy silence. The birds have stopped singing. It was in the little museum that we found the causes of the massive deforestation on the island: the frantic cultivation of ebony and large trees, ship building in the 18th century, slash-and-burn agriculture, intensive sugar cane farming, the introduction of animals, including monkeys… Today only 2% of the original forest remains. Some parts have been protected, for example the Black River Gorges National Park. At Pétrin, Vincent Florens, professor of ecology at the University of Mauritius, visits the site with his students. “This forest is protected,” he says, “but that may not be enough to save it. The fauna has disappeared. There are only nine species of indigenous birds left, where once there were 44, including the dodo.” At dawn the following day, we cross the village of Le Morne just as a moped drives past, horn honking loudly. This is one of the last curd sellers. Le Morne Brabant mountain comes into view, amazingly imposing. Once the refuge of slaves on the run, it is now a memorial, and part of the UNESCO world heritage. The mountain is no easy conquest. The climb is steep. Leaning into the 40° slope, clinging on, climbing without looking down. And suddenly the magnificent view opens out. The lagoon, the ocean and the swathes of green in the mountains… We are on the rooftop of the world. Alone with the wind.   Inaugurated in 1910, the lighthouse at Pointe aux Caves (also called the “Albion lighthouse”) is 30 metres high and continues to scan the horizon. Inauguré en 1910, le phare de la Pointe aux Caves (appelé aussi phare d’Albion) s’élève à 30 mètres de haut et continue de balayer l’horizon. Spanning the Belle Eau river at Albion, the footbridge leads to a fine sandy beach. Enjambant la rivière Belle Eau à Albion, la passerelle mène à une plage de sable fin.

In the nineteenth century, Grand Bassin became a sacred place for Hindus. The waters are believed to be connected to those of the Ganges. Au XIXe siècle, Grand Bassin devint un lieu sacré pour les Hindous. Les eaux seraient liées à celles du Gange.

ROAD TRIP THE ART OF ENCOUNTER 28 Tropical rain on palm trees. Pluie tropicale sur les palmiers.

At Chamarel, the Seven-Coloured Earth is an ode to nature. À Chamarel, la Terre des Sept Couleurs est une ode à la nature. Le Morne Brabant, a mountain symbolising Mauritius, seen from the Ile aux Bénitiers lagoon. Le Morne Brabant, montagne symbolique de l’île Maurice, vue depuis le lagon de l’île aux Bénitiers. While Port Louis is considered the “capital” of street art, Tamarin also has numerous frescoes. Si Port-Louis tient de la « capitale » du street art, Tamarin compte aussi de nombreuses fresques.  Où commence la côte ouest ? Posez la question et les réponses fuseront. À PortLouis, disent les uns, à Tamarin ou Albion affirment les autres, s’accordant tous sur le même slogan : « West is best ! » De quoi perdre le nord ! La solution est peut-être au phare de Pointe aux Caves, signalant depuis 1910 la côte accidentée d’Albion. L’ascension d’une centaine de marches, et, enfin, une porte s’ouvre. Devant nous, des vagues furieuses, des petites falaises et une terre ocre, grignotée par une végétation brûlée par le soleil. Au loin, l’horizon de l’océan, doublé d’une frange d’écume. Et, dans les oreilles, le vent qui murmure de le suivre. Adieu carte et boussole ! Prenons la route de Bambous vers l’usine sucrière, roulons sur le tapis rouge de fleurs de flamboyants. Au détour d’un champ, le temple hindou Maha Kaliyug Mandhir surgit dans un feu d’artifice de couleurs. Pas un bruit. On se déchausse en avançant sur la pointe des pieds. Un chien dort sur une table, un autre aux pieds de la déesse Kali. Ils jouent aux chats, ouvrant à peine un œil à notre arrivée. La déesse, elle, nous accueille de ses quatre bras. Salutations. Nous repartons. DE FLIC EN FLAC À LA GAULETTE Voilà Flic en Flac et sa plage ombragée. Sous les filaos, les familles installent leur barbecue dans la musique et les rires. Une distraction pour les morts qui reposent, de l’autre côté de la route, dans le cimetière fleuri. À Tamarin, l’esprit est au surf, au stand up paddle et à la pétanque. L’air a un léger goût salé. Les salines de YémenTamarin s’étendent sur 25 hectares en bas des pentes caillouteuses du cratère du Rempart, vestige d’une caldeira explosive. Dans les marais, la montagne de la Tourelle se reflète dans l’eau, taquinant les petites pyramides de sel. Rêvet-elle de neige éternelle ? Le vent nous invite à la tour Martello, forteresse imprenable érigée en

1833 par les Britanniques. Pause à La Gaulette. Un pêcheur sympathique nous emmène en bateau sur la petite île aux Bénitiers. Sa forme lui a donné son nom, à moins que ce ne soient les coquillages « bénitiers » qui peuplaient hier encore, dit-on, ses eaux translucides. Ils sont rares désormais. Gare à ne pas glisser un doigt à l’intérieur ! Ils se ferment alors et ne se rouvrent pas. « Il y a déjà eu plusieurs accidents comme ça », dit Yan, un habitué des fonds marins. Non loin, Mario, la soixantaine heureuse, est venu passer la journée sur son îleparadis avec des amis et sa boisson faite maison. « C’est du rhum arrangé, parfumé de fruits, et quand tu en bois un peu trop, c’est toi qui n’as plus rien d’arrangé ! » dit-il en éclatant de rire. On resterait bien là, à papoter et refaire le monde mais le vent nous souffle déjà de partir. Demain, le réveil sera matinal. VERS LE MORNE ET… L’INFINI ! La forêt s’éveille lentement dans le chant premier des oiseaux. La cascade de Chamarel est encore dans l’ombre de la nuit. Le soleil embrase un coin de ciel, rose électrique. Vite, les Terres des Sept Couleurs ! Curiosité géologique, ces dunes de velours se teintent d’ocre ou de violine selon la lumière. Le soleil est déjà haut quand nous rejoignons la forêt privée Ebony, sanctuaire des espèces endémiques de l’île. L’ébénier en fait partie. Le parcours se fait dans un silence épais. Les oiseaux se sont tus dans la touffeur du jour. C’est au petit musée que l’on découvre les causes de la déforestation massive de l’île : l’exploitation forcenée du bois d’ébène et des grands arbres, la construction navale au XVIIIe, l’agriculture par le brûlis, la culture intensive de la canne à sucre, l’introduction d’animaux, dont les singes… Aujourd’hui, il ne reste plus que 2 % des forêts originelles. Des régions protégées ont été aménagées. Ainsi le parc national des gorges de Rivière Noire. À la hauteur de Pétrin, Vincent Florens, professeur d’écologie à l’université de Maurice, visite les lieux avec ses étudiants. « Cette forêt est protégée mais cela ne suffira sans doute pas à la sauver, dit-il. La faune a disparu. Il ne reste que ROAD TRIP THE ART OF ENCOUNTER 30  9 espèces d’oiseaux indigènes alors qu’on en comptait 44, dont le dodo ». Le lendemain, aux aurores, on traverse le village du Morne en même temps qu’une mobylette klaxonnant à tue-tête. C’est l’un des derniers vendeurs de lait caillé. La montagne du Morne Brabant se rapproche, incroyablement imposante. Refuge hier des esclaves en fuite, c’est aujourd’hui un lieu de mémoire classé au patrimoine mondial de l’Unesco. La montagne ne se laisse pas prendre facilement. L’ascension est rude. Se coller à la paroi pentue à 40 %, s’agripper, grimper sans regarder en bas. Et soudain, la vue se fait magique. Le lagon, l’océan et des vagues de verdure dans les montagnes… On est sur le toit du monde. Seul, avec le vent.  Amazing natural composition on this bottle palm tree trunk, endemic to Mauritius. Étonnante composition naturelle sur le tronc d’un palmier bouteille, endémique de l’île Maurice. Blending shades of green and blue at the foot of Le Morne Brabant mountain. Rencontre des verts et des bleus au pied de la montagne du Morne Brabant.

ART THE OF

LITERATURE THE ART OF ENCOUNTER 32

Mariam Sheik Fareed FATE IN FAR-OFF LANDS LES HASARDS DE L’AILLEURS In her first novel, Mariam Sheik Fareed writes about a medical enigma, the “foreign language syndrome,” using it as a metaphor for blending cultures. Dans son premier roman, Mariam Sheik Fareed s’inspire d’une énigme médicale, le « syndrome de l’accent étranger », pour en faire une métaphore du métissage culturel. BY ANTOINE DE GAUDEMAR PHOTOGRAPHS CLAUDE WEBER This is not an inventionbyMariam Sheik Fareed. The “foreign language syndrome,” which gives its title to her first novel, really exists. It’s a very rare disorder that affects victims of a traumatic brain injury or a stroke: for some unknown reason, they start speaking their language with a strong foreign accent. “I was very curious about this medical enigma,” explains Mariam Sheik Fareed, born in England of a Mauritian father and a Breton mother. Her mother tongue is English, but she writes in French, and speaks Creole fluently, plus a little bit of Breton. “In fact, we all speak with a slightly foreign accent. We all come from elsewhere, by chance or otherwise, and we all have to adapt, to be resilient.” A NOVEL WITHIN A NOVEL This strange syndrome is the focal point of the novel, its metaphor. All the characters are rather lost or in the middle of an identity crisis. Alex, a would-be writer, leaves his computer in the Paris metro. Désiré, an undocumented Mauritian sweeper, finds it and reads Alex’s unfinished text. The author doesn’t know what to do with his heroine, Sophie, an art gallery owner, who suffers from this syndrome and from existential anxiety. Désiré is full of ideas, but doesn’t know how to write them down. He therefore lets Alex know that he will return his computer only if he finishes the novel, but that he is willing to help him. He suggests transporting the character of Sophie to Mauritius, so that she can start a new life… And Alex sets to work. Le syndrome de l’accent étranger was initially self-published, before being spotted and republished in Paris by Philippe Rey, himself of Mauritian origin. Built as a story within a story, the book resembles its author. Mariam Sheik Fareed has had several lives, several homeports. London first, where she was born and grew up, and where her father worked, the descendant of an “indentured worker”, who left India in the late 19th century, along with thousands of others to work in the sugar cane fields in Mauritius. Then the Quiberon peninsula, in Brittany, where her mother grew up, the daughter of farmers who became a nurse, and where Mariam Sheik Fareed currently lives. And RoseHill, in Mauritius, where her paternal grandmother lived and where she spent many holidays. “My father went to a public school, in a Harry Potter type atmosphere,” she says with a smile. “My mother was born on the table of the family farm and looked after the animals when she was little. They met by chance in an Indian restaurant in Brittany, called Le Dihan, ‘a break’ in Breton.” NEW DEPARTURES Today, “Dihan” is the name of the eco-lodge that Mariam Sheik Fareed and her husband, a Breton, created from scratch seventeen years ago, near Carnac. Tree houses, wooden chalets, yurts and even a gypsy caravan, built or installed on the 25 hectares of meadows and woods on the old farm that belonged to Mariam’s maternal grandmother. Original and very much in vogue, this project works so well that the couple plan to go and live in Mauritius for a time: “I miss Mauritius,” explains Mariam. “And it’s important that our two daughters, born in France, should know their other country, study there and obtain the nationality.” Mariam does not idealise Mauritius, a small island where you can know where your neighbour comes from just by hearing their name, but she is indulgent: “In spite of all that, we manage to live together. We are a young nation; we need time. The wealth of Mauritius is its 

multi-identity, its hybrid culture. You have to leave the island to realise that!” Mariam Sheik Fareed started with short story competitions, which she often won. Fascinated by the oral tradition of passing on tales, she took part in a story festival in a village in Mali. For three years she was a journalist with the Mauritian daily paper L’Express, then she taught French, before devoting herself full-time to the eco-lodge. She is also involved in Utopia 56, an association helping migrants, founded in 2015 after the dismantling of the Calais “jungle”. She is currently working on her second novel, which starts with the chance meeting of four young women in a café in Lorient. Not completely by chance, either. It was from Lorient, in Brittany, that the boats used to leave for the Mascarene Islands many years ago. The two sides of the life and imagination of Mariam Sheik Fareed.  Latest published book: Le syndrome de l’accent étranger (éditions Philippe Rey, 2021) is now published as a paperback (J’ai lu, 2022). Together with Mohamed Mbougar Sarr (Prix Goncourt 2021), Mariam Sheik Fareed will be at the Trou d’Eau Douce Book Festival in Mauritius from 6 to 9 October, 2022. See p.116. Mariam Sheik Fareed n’a rien inventé. Le « syndrome de l’accent étranger », qui donne son titre à son premier roman, existe. C’est une maladie très rare, qui touche des victimes d’un choc crânien ou d’un AVC : sans qu’on sache pourquoi, elles se mettent à parler leur langue LITERATURE THE ART OF ENCOUNTER 34 avec un fort accent étranger. « Cette énigme médicale m’a beaucoup frappée », explique Mariam Sheik Fareed, née en Angleterre d’un père mauricien et d’une mère bretonne. Sa langue maternelle est l’anglais, mais elle écrit en français, et elle parle couramment le créole, et un peu le breton : « Finalement, on a tous un peu un accent étranger. On vient tous d’ailleurs, par hasard ou non, et on doit tous s’adapter, faire preuve de résilience ». UN ROMAN GIGOGNE Ce syndrome bizarre est au cœur de son roman, il en est la métaphore. Tous ses personnages sont un peu perdus ou en pleine crise d’identité. Écrivain débutant, Alex oublie son ordinateur dans le métro parisien. Désiré, un balayeur mauricien sans papiers, le retrouve et lit le texte inachevé d’Alex. Ce dernier ne sait pas quoi faire de son héroïne, Sophie, une galeriste d’art, atteinte du fameux syndrome et en plein désarroi existentiel. Désiré, lui, a plein d’idées dans la tête, mais ne sait pas les écrire. Alors, il fait savoir à Alex qu’il ne lui rendra son ordinateur que s’il termine le roman, et qu’il est prêt à l’aider. Il lui suggère ainsi de transporter le personnage de Sophie à Maurice, pour qu’elle y commence une nouvelle vie… Et Alex se remet au travail. Le syndrome de l’accent étranger a d’abord été publié en auto-édition, avant d’être repéré et réédité à Paris par Philippe Rey, lui-même Mauricien d’origine. Construit comme un roman gigogne, le livre ressemble à son autrice. Mariam Sheik Fareed a eu plusieurs vies, plusieurs ports d’attache. Londres d’abord, où elle est née et a grandi, et où travaillait son père, descendant d’un « engagé », parti d’Inde à la fin du XIXe siècle comme des milliers d’autres pour travailler dans les champs de canne à sucre deMaurice. Lapresqu’îledeQuiberon, ensuite, en Bretagne, d’où vient sa mère, fille d’agriculteurs devenue infirmière, et où Mariam Sheik Fareed vit actuellement. Et RoseHill, à Maurice, où vivait sa grandmère paternelle et où elle a passé de nombreuses vacances. « Mon père a fait sa scolarité dans une public school, dans une ambiance à la Harry Potter », sourie-t-elle. « Ma mère est née sur la table de la ferme familiale et petite, a gardé les bêtes. Tous les deux se sont rencontrés par hasard “WE ALL HAVE A FOREIGN ACCENT. WE ALL COME FROM ELSEWHERE.” « ON A TOUS UN ACCENT ÉTRANGER. ON VIENT TOUS D'AILLEURS ». 

dans un restaurant indien en Bretagne, qui s’appelait le Dihan, “la pause” en breton ». NOUVEAUX DÉPARTS Aujourd’hui, « Dihan » est le nom de l’éco-lodge que Mariam Sheik Fareed et son mari, un Breton de souche, ont créé de toutes pièces il y a dix-sept ans, près de Carnac. Des cabanes dans les branches, des chalets en bois, des yourtes et même une roulotte tzigane, construits ou installés sur les 25 hectares de prairies et de bois de l’ancienne exploitation de la grand-mère maternelle de Mariam. Original et dans l’air du temps, ce projet marche si bien que le couple envisage de partir vivre un temps à Maurice : « Maurice me manque, explique Mariam. Et c’est important que nos deux filles, nées en France, connaissent leur autre pays, y fassent leurs études et obtiennent la nationalité ». Mariam n’idéalise pas Maurice, une île petite, où tout le monde peut connaître les origines de son voisin rien qu’en entendant son nom, mais son regard est indulgent : « Malgré tout, on arrive à vivre ensemble. On est un peuple jeune, il faut nous laisser le temps. La richesse de Maurice, c’est sa multi-identité, sa culture hybride. Il faut en partir pour s’en rendre compte ! ». Mariam Sheik Fareed a commencé par des concours de nouvelles, qu’elle a souvent gagnés. Passionnée d’oralité et de transmission, elle a participé à un festival de contes dans un village malien. Pendant trois ans, elle a été journaliste au quotidien L’Express à Maurice, puis professeure de français, avant de se consacrer à l’éco-lodge. Elle s’investit aussi dans Utopia 56, une association d’aide aux migrants créée en 2015 après le démantèlement de la « jungle » de Calais. Actuellement, elle travaille à son second roman, dont le point de départ est la rencontre fortuite de quatre jeunes femmes dans un café de Lorient. Le hasard, mais pas tant que ça. C’est de Lorient, en Bretagne, que partaient jadis les bateaux pour les îles Mascareignes. Les deux pôles de la vie et de l’imaginaire de Mariam.  Derniers ouvrages parus Le syndrome de l’accent étranger (éditions Philippe Rey, 2021) est réédité en poche (J’ai lu, 2022). Mariam Sheik Fareed participe, aux côtés de Mohamed Mbougar Sarr (Prix Goncourt 2021), au Festival du livre de Trou d’Eau Douce à Maurice du 6 au 9 octobre 2022. Cf. p.116. Mariam Sheik Fareed in Paris, spring 2022. Mariam has had several lives, several home ports. Mariam Sheik Fareed à Paris, au printemps 2022. Mariam a eu plusieurs vies, plusieurs ports d'attache.

MUSIC THE ART OF ENCOUNTER 36

VIBES MÉTISSÉES She’s a slip of a woman radiating light, with clear, sparkling eyes, who sings of the ethnic diversity of her life and her country. Her flourishing career began with the accents of the language of Shakespeare, before finding a more tropical sonority and the Mauritian Kreol musicality. Please meet… AnneGa! C’est un petit brin de femme et de lumière, aux yeux clairs pétillants, qui chante le métissage de sa vie et de son pays. Sa carrière, en plein essor, a démarré avec les accents de la langue de Shakespeare, avant que ne s’y ajoutent une signature sonore plus tropicale et la musicalité du kreol mauricien. Please meet… AnneGa ! BY MICHEL GILBERT DEVILLE PHOTOGRAPHS KARL AHNEE Fresh. Colourful. Dreamy. Full of positive vibes.” That is how AnneGa describes her musical world. A world whose Big Bang exploded as soon as she opened her eyes. Brought up with the English music her parents (fans of the British pop scene) listened to, the little Anne-Gaëlle Bourquin grew up, entered singing competitions, completed her education in political science, and found a job in an insurance company, all the while writing songs in her free time. One year later, in 2019, at the age of 23, she quit everything to devote herself to music. LIVE YOUR PASSION That year she released her first single, Remember Me, as a reminder to herself to stay close to her passion. The song, written in English, stood out on the Mauritian music scene for its sound, the choice of language, and the quality of the video clip, which brought it to the attention of local audiences and the Mauritian diaspora. This musical signature, inspired by UK pop with a subtle hint of tropical spice, has remained a constant in AnneGa’s music to this day. The talent of the musicians who accompany her and sometimes inspire her, the island colour brought to her songs by an Italian-Australian arranger, the support of her manager Cédric Cartier – composer and head of the Mauritian Kabann Record label –, as well as occasional partnerships with local singer-song writers, have contributed to the success of her career. TAKING ON THE WORLD The year 2021 saw the release of her eponymous album, with many of the songs written in English. But Kreol, the melodic language of her island, has found its place in a few numbers. An extremely pleasant, albeit difficult, experience for someone who admits she thinks in English and who has always written in that language, in spite of her Creole identity. AnneGa shares these spirited vibes of different cultures live with the young people of Mauritius, and sometimes with the international audiences in Beachcomber Resorts on the island. That is until she canwork in a different dimension, in front of an audience in another country. Listening to her reminiscing about a Coldplay concert at the Stade de France, you can see the beginnings of the sparkle of a new challenge in her eyes. “ REMEMBER ME, AS A REMINDER TO HERSELF. REMEMBER ME, COMME UNE ADRESSE À ELLEMÊME. AnneGa VIBES OF CULTURAL DIVERSITY

Frais. Coloré. Rêveur. Porteur d’ondes positives ». C’est ainsi qu’AnneGa décrit son univers musical. Un univers dont le Big Bang a eu lieu dès qu’elle a ouvert les yeux sur le monde. Bercée par les notes des morceaux anglophones qu’écoutaient ses parents, fans de la scène pop britannique, la petite Anne-Gaëlle Bourquin traverse les années, participe à des concours de chant, complète des études en sciences politiques, décroche un emploi dans une compagnie d’assurances… tout en consacrant son temps libre à la composition de chansons. Un an plus tard, en 2019, la jeune femme de 23 ans plaque tout pour se consacrer à la musique. . VIVRE SA PASSION Cette année-là sort son premier single : Remember Me, comme une adresse à elle-même pour rester au plus près de sa passion. Le morceau, entièrement en anglais, se démarque sur la scène musicale mauricienne par sa sonorité, par le choix de la langue, et par la qualité du clip vidéo qui aide à sa diffusion auprès du public local et de la diaspora. Cette signature musicale, d’inspiration UK pop avec une subtile pointe d’épice tropicale, reste une constante dans la création d’AnneGa à ce jour. Le talent des musiciens qui l’accompagnent et parfois l’inspirent, la couleur insulaire apportée à ses créations par un arrangeur italo-australien, le soutien de son manager Cédric Cartier – compositeur et directeur du label mauricien Kabann Records –, ainsi que des collaborations occasionnelles avec des compositeurs-interprètes locaux, nourrissent l’évolution de l’artiste. S’OUVRIR AU MONDE En 2021 sort l’album éponyme, composé en bonne partie de chansons anglophones. Pourtant, la chantante langue de son île, le kreol, s’est frayé une place sur quelques morceaux. Une expérience extrêmement plaisante mais difficile pour celle qui avoue penser en anglais et avoir toujours écrit dans cette langue, malgré son identité créole. AnneGa partage en live ces vibes métissées et vitaminées devant la jeunesse mauricienne et, parfois, devant le public international des hôtels Beachcomber dans l’île. En attendant de pouvoir évoluer dans une autre dimension, face à un auditoire à l’étranger. En l’écoutant partager le souvenir d’un concert de Coldplay au Stade de France, on voit poindre dans ses yeux la lueur d’un nouveau défi.  « MUSIC THE ART OF ENCOUNTER 38 AnneGa lives on the west coast but loves to recharge her batteries in the wilder south. AnneGa vit sur la côte ouest mais aime à se ressourcer dans le sud sauvage.

MUSIC THE ART OF ENCOUNTER 40 Menwar in his house at Pointe aux Sables on the west coast. Menwar dans sa maison à Pointe aux Sables sur la côte ouest.

Menwar SONGS OF CHILDHOOD LE CHANT DE L’ENFANCE Going to meet the immense Mauritian musician is like knocking at the door of history. Stéphano Honoré, a child of the Cassis housing estate in Port Louis, has entered the realm of living legend. Aller à la rencontre de l’immense musicien mauricien, c’est sonner à la porte de l’Histoire. L’enfant de la cité Cassis à Port-Louis, de son vrai nom Stéphano Honoré, est entré vivant dans la légende. BY VIRGINIE LUC PHOTOGRAPHS PIERRE PERRIN He lives in Pointe aux Sables. A modest house set slightly back from the sea, complete with a little garden with a flourishing rosary pea – the tree with pods full of seeds like a percussion instrument. A few kilometres away from his childhood home, the Cassis estate, where he was born on 21 October 1955. “Part of my family still lives there. I’ll never forget, otherwise I might lose sight of myself,” says Menwar, the youngest of eight siblings in a blended family, brought up by his mother. His long, lean body is full of murmurs, of whisperings that rustle like the distant sound of the ravanne drum. He speaks Creole and French, but not English. “I didn’t go to school. My only commitment is to music. I heard it on the radios crackling in the early morning, in the Indian songs from my mother (her ancestors came from Pondicherry, my father’s from Madagascar), and in the sounds of nature that fill the silence day and night,” says the singersongwriter, the living voice and conscience of Creole culture. “I talk of how life used to be, family, the oil lamp, exile, uprooting. I speak of deafening violence, drugs, of the receding sugar cane plantations. You have to say these things. If we remain in ignorance, we’ll suffer even more.” On the palm of his hand, the lifelines form a deep M – hence his nickname, Menwar, “black hand” in Creole. His expert hands caress rather than beat the ravanne that follows him every where. THE DISCOVERY INSTRUMENT At the age of 14, he composed a song for his loving mother and his “vagabond father”. With the help of his “big brothers” – his musician friends, including the legendary Kaya – he recorded his first numbers in a studio in the 1980s. “Encounters, coincidences, vibrations.” He finds his way, revives Sega tipik (music that has come down over the centuries since the time of slavery and which, in 2014, was placed on the UNESCO human heritage list), and blends the Sega beats with those of reggae, jazz and blues to invent his own style, Seggae. His joyous music celebrates the ancestors and brings him to themajor music venues and festivals, in Reunion (where he lived for nine years), in Europe – France (in Marseille where he met his wife), England, and Germany. “Music shows the way,” he says. The way? “It’s both the path you’re going to choose, and also the interior path you might well discover along the way.” To share the treasure of a lifetime, he founded a ravanne school in Mauritius in 1996, free and open to all. “We’re sowing small seeds, but we will pass with the wind.” “I like the simple life. A chat in the garden, a good vibration, and that’s great,” says the sage. Prune, his dog, barks and brings us back to the present. With joined hands, we stand in silence, and that is the sound best suited to this goodbye.  “MUSIC SHOWS THE WAY.” « LA MUSIQUE OUVRE LE CHEMIN ».

MUSIC THE ART OF ENCOUNTER 42 Il vit à Pointe aux Sables. Une modeste maison en retrait de la mer avec un petit jardin attenant où s’épanouit une cascavelle – l’arbre aux cosses emplies de graines, qui joue des percussions. À quelques kilomètres de là, son port d’attache, la cité Cassis, où il est né le 21 octobre 1955. « J’y ai encore de la famille. Je ne l’oublie pas, sinon je risquerais de me perdre moi-même », dit le dernier d’une fratrie recomposée de huit enfants, élevés par sa mère. Son corps longiligne est plein de murmures, de mots chuchotés qui s’entendent comme le son éloigné du tambour ravanne. Il parle le créole, le français, mais pas l’anglais. « Je ne suis pas allé à l’école... Mon seul engagement est pour la musique. Elle me vient des radios qui grésillaient tôt le matin, des chants indiens de ma mère, ses ancêtres venaient de Pondichéry, ceux de mon père, de Madagascar, des sons de la nature qui habillent jour et nuit le silence », dit l’auteurcompositeur et interprète, voix et conscience vives de la créolité. « Je raconte la vie d’antan, la famille, la lampe à pétrole, l’exil, le déracinement. J’évoque la violence qui sourd, la drogue, les terres de canne qui reculent. Il faut dire les choses. Si on reste dans l’ignorance, on va souffrir encore plus ». Sur la paume de sa main, les lignes de vie creusent le dessin d’un « M » profond. D’où son surnom, Menwar, « main noire » en créole. Ses mains expertes caressent plutôt qu’elles ne frappent la ravanne qui, toujours, l’accompagne. L’INSTRUMENT DE DÉCOUVERTE À 14 ans, il compose une chanson dédiée à sa mère aimante et son « père vagabond ». Avec l’aide des « grands frères » – ses amis musiciens, dont le mythique Kaya –, il enregistre ses premiers morceaux en studio dans les années 1980. « Des rencontres, des hasards, des vibrations ». Il trace son chemin, ressuscite le sega tipik (musique qui se transmet à travers les âges depuis la période de l’esclavage et qui est, depuis 2014, inscrite au patrimoine de l’humanité), mêle les rythmes séga à ceux du reggae, du jazz et du blues pour inventer son propre style, le seggae. Sa musique, jubilatoire, célèbre les ancêtres et le porte au-devant des grandes scènes et festivals, à La Réunion (où il s’établit pendant 9 ans), en Europe : en France (Marseille où il rencontre sa femme), en Angleterre, en Allemagne... « La musique ouvre le chemin », dit-il. Le chemin ? « C’est à la fois la route que vous allez emprunter. C’est aussi le chemin intérieur que vous risquez de découvrir ». Pour partager le trésor d’une vie entière, il fonde à Maurice en 1996 une école de ravanne, gratuite et ouverte à tous. « On sème des petites graines, mais, nous, on va passer avec le vent ». « J’aime la vie simple. Une discussion dans le jardin, une bonne vibration, c’est bien ainsi », dit le sage. Prune, sa chienne, aboie et nous rend à l’instant. Les mains unies, nous gardons le silence, et c’est le bruit qui va le mieux avec cet au revoir. 

ART THE OF In the Kaylasson temple, Pooneeda (“purity” in Tamil), dancer and town planner. “Dance has given me structure and balance.” Dans le temple Kaylasson, Pooneeda (« pureté » en tamoul), danseuse et urbaniste. « La danse m’a donné structure et équilibre ».

RkJQdWJsaXNoZXIy NjMzMjI=